Home / Huile essentielle de Copaiba

Huile essentielle de Copaiba

Huile essentielle de copaiba

I° Le Copaiba en Aromathérapie

Le Copaïer ou Copayer (Copaifera officinalis) est un arbre d’Amérique du sud, de la famille des fabacées. Appelé Copaiba par les indigènes d’Amazonie, ces derniers utilisent l’oléorésine exsudant de son tronc pour le traitement des plaies et ulcères. L’oléorésine en question est appelée baume de copahu et contient une proportion importante de molécules aromatiques. La distillation à la vapeur d’eau de cette résine permet d’obtenir une huile essentielle de copahu à la composition moléculaire des plus singulières puisqu’il s’agit de l’huile essentielle la plus concentrée en β-Caryophyllene (jusqu’à 88%).

En Aromathérapie, l’huile essentielle de Copaifera officinalis est traditionnellement utilisée en cas de courbatures ou de douleurs articulaires. Elle est également indiquée dans le traitement du psoriasis et d’autres affections de la peau. L’huile essentielle de Copaiba reste cependant considérée comme « secondaire » par la plupart des aromathérapeutes modernes. A contrario, elle éveille l’intérêt de la communauté scientifique depuis de nombreuses années. Le β-Caryophyllene qu’elle contient en très grandes proportions, a en effet été identifié comme étant un activateur spécifique des récepteurs cannabinoïdes de type 2 (CB2) [1][2], offrant de ce fait de nombreuses possibilités thérapeutiques dont des effets anti-inflammatoires, analgésiques, anxiolytiques, etc. [3].

Au-delà de cette dimension traditionnelle, l’huile essentielle de Copaiba et son composant principal ont donc été étudiés à de multiples reprises afin de mieux cerner leur impact physiologique (voir chapitre Pharmacognosie). Plusieurs évaluations toxicologiques du β-Caryophyllene permettent également d’estimer une posologie sûre (voir chapitre Toxicologie).

II° Pharmacognosie

A° La Sphère Inflammatoire

Les propriétés anti-inflammatoires de l’huile essentielle de Copahu (Copaifera officinalis) ont été évaluées à plusieurs reprises, que ce soit par voie topique pour une action localisée [4], ou dans le cadre d’une réaction inflammatoire généralisée comme en cas de sepsis [5]. Ces propriétés s’expliquent au moins en partie par sa molécule majoritaire: le β-Caryophyllene. L’action anti-inflammatoire de cette molécule a, en effet, été mise en évidence à de multiples reprises [6][7][8], une étude récente allant même jusqu’à mettre en avant son action inhibitrice sur l’adhésion leucocytaire au niveau endothélial [9]. Cette action anti-inflammatoire vient s’associer à des propriétés antibactériennes [10][11], qui ont notamment été évaluée dans le cadre de traitement de la cavité buccale [12][13][14][15], confirmant ainsi une partie significative des propriétés traditionnellement attribuées à l’huile de Copaiba.

On notera cependant que l’action de cette huile essentielle et de sa molécule majoritaire ne s’arrête pas là puisque son action anti-inflammatoire a été investiguée dans le cadre de nombreux autres phénomènes pathologiques. Ses actions sur la sphère neurologique étant probablement parmi les plus impressionnants et les plus prometteurs.

B° La Sphère Neurologique

1° Neuroprotection

De nombreuses études semblent mettre en évidence une action neuroprotectrice du β-caryophyllene, notamment vis-à-vis de processus neuro-inflammatoire. Cette action pourrait ouvrir la voie à de nombreuses applications thérapeutiques du β-caryophyllene (et donc de l’huile essentielle de Copahu) notamment dans le cadre de phénomènes convulsifs [16][17][18], d’ischémie cérébrale [19][20][21][22][23][24][25], d’autres processus excitotoxiques [26][27][28] ou encore d’encéphalite [29][30]. Les investigations dans ce cadre vont même plus loin puisque l’action bénéfique du β-caryophyllene a également été évaluées sur des modèles de neurpathologies telles que la maladie d’Alzheimer [31][32], la maladie de Parkinson [33][34][35] ou même d’un modèle de sclérose en plaque [36]. S’il est encore trop tôt pour considérer l’huile essentielle de Copahu (Copaifera officinalis) comme un traitement neuroprotecteur, de très nombreux éléments scientifiques semblent abonder en ce sens et démontrent déjà l’intérêt thérapeutique potentiel du β-caryophyllene sur les mécanismes neuro-inflammatoires et pathologies associées.

2° Action analgésique

L’intérêt « neuro-thérapeutique » du β-caryophyllene ne se limite pas à son action neuroprotectrice. En effet, plusieurs études semblent également mettre en évidence une action analgésique significative [37][38][39] y compris dans le cadre de modèles neuropathiques [40][41]. Ces propriétés s’expliquent probablement par la stimulation des récepteurs au cannabinoïdes de type 2 (CB2). Il est cependant difficile de déterminer dans quelle mesure cet effet n’est pas une simple conséquence de l’action anti-inflammatoire de cette molécule.

3° Autres propriétés neurologiques

Les rôles des récepteurs cannabinoïdes de type 2 (CB2) sont encore mal connus. L’impact d’un activateur sélectif de ces récepteurs tel que le β-caryophyllene présente donc une opportunité d’évaluation du rôle de ces récepteurs spécifiques dans le cadre de diverses pathologies. Le β-caryophyllene a ainsi montré des résultats prometteurs en tant qu’anxiolytique potentiel sur des modèles in vivo [42][43], certains aspects de son influence ayant même été récemment identifiés dans ce cadre [44].

D’autres études semblent également indiquer une action myorelaxante sur divers muscles lisses tels que ceux de la trachée [45] ou du tube digestif [46]. Dans le cas de la trachée, cette action serait liée à l’inhibition de certains canaux calciques voltages dépendants.

Malgré le grand nombre d’études récentes, il n’est pas encore possible de mesurer à quel point le β-Caryophyllene peut influer sur la sphère Neurologique. Les dernières investigations scientifiques semblent cependant indiquer que cette action pourrait être bien plus large que ce qui était imaginé à l’origine. Ainsi, une étude met en évidence l’action stimulatrice sur la neuritogenèse (modèle in vitro) [47]. Une autre met en avant l’intérêt du β-Caryophyllene dans un modèle in vivo de démence d’origine vasculaire [48]. Enfin une troisième semble indiquer une action inhibitrice du β-Caryophyllene sur un modèle in vivo de dépendance à l’alcool [49]. Ce dernier élément est loin d’être anodin car il rejoint les nombreuses études évaluant l’intérêt des agonistes des récepteurs aux endocannabinoïdes (tel que le β-Caryophyllene qui active les récepteurs de type CB2R) dans le cadre d’un accompagnement des personnes souffrant d’addiction [50] [51] [52]. Cette molécule aromatique est donc loin d’avoir révélé tous ses secrets.

C° La Sphère Métabolique

1° Hépatoprotection

Une étude réalisée sur un modèle in vivo d’hépatotoxicité (rats soumis à une dose hépatotoxique d’acetaminophene) semble faire état d’une potentielle action hépatoprotectrice de l’huile de Copaiba (Copaifera officinalis) que ce soit en traitement prophylactique ou thérapeutique [53]. Cette action hépatoprotectrice s’explique une nouvelle fois par l’abondance de β-caryophyllene dans l’huile. Cette molécule a en effet été identifiée à de multiples reprises pour son action hépatoprotectrice, que ce soit dans des modèles de fibrose inflammatoire [54][55] ou de steatohépatites non-alcooliques [56][57]. Enfin une étude met en évidence une action synergique avec la silymarine, une molécule hépatoprotectrice reconnue, issue du Chardon-Marie (Silybum marianum) [58]. L’impact du β-caryophyllene sur le foie ne s’arrête cependant pas à une action protectrice puisqu’il altère également le métabolisme hépatique.

2° Métabolisme lipidique

Le β-Caryophyllene, molécule représentant jusqu’à 90% de l’huile essentielle de Copaiba, a été identifié comme étant un activateur des PPAR [32][59], laissant envisager un impact significatif sur le métabolisme lipidique, au même titre que les statines. On notera que sa capacité à limiter l’accumulation lipidique au niveau hépatocytaire, a également été mise en avant [60]. Les multiples études réalisées sur des modèles hyperlipidéiques semblent confirmer cette action in vivo, puisque le β-Caryophyllene a montrer une action protectrice [61], hypolipidémiante [62] ainsi qu’anti-atherogénique [63].

A ce stade, il est encore trop tôt pour considérer le β-Caryophyllene, et à plus forte raison l’huile essentielle de Copaiba, comme un traitement dans le cadre de problématiques telles que l’hypercholestérolémie, néanmoins les données in vitro et in vivo disponibles permettent d’envisager son utilisation dans le cadre du complément alimentaire, sa toxicité étant relativement faible. Par ailleurs, son action sur les hépatocytes, associée à ses bienfaits hépatoprotecteurs et son action bénéfiques sur l’addiction à l’alcool, en font un outil qui pourrait s’avérer des plus efficaces chez les personnes souffrant d’alcoolisme avec répercussions hépatiques.

3° Métabolisme glucidique

En 2017, une étude évaluant l’impact de l’huile de Copahu (Copaifera officinalis) sur un modèle d’arthrite inflammatoire  met en évidence une action importante de cette huile sur le métabolisme glycémique [64]. Néanmoins, la dose administrée étant particulièrement importante, il est difficile de tirer des conclusions sur base de cette seule étude, d’autant qu’à une telle posologie les effets sont si importants qu’ils apparaissent plus comme un effet secondaire potentiellement problématique entrainant notamment une perte de poids significative.

Des études mettent également en avant un rôle potentiel de la molécule de β-Caryophyllene dans ces processus de modification du métabolisme glucidique. Le β-Caryophyllene a en effet été identifié comme influençant le mécanisme de sécrétion d’insuline en réponse au glucose,  sur un modèle in vitro [65]. Le processus semble dépendant de l’activation de la voie des récepteurs aux cannabinoïdes de type 2. La molécule a également été évaluée sur un modèle in vivo de diabète (induit chez le rat par injection de Streptozotocin) et a démontré un effet insulinotrope [66], tout en limitant la glycémie et l’inflammation pancréatique [67].

D° La Sphère Digestive

En 1996, une étude semble déjà indiquer une action gastro-protective du β-Caryophyllene [68]. Cette action sera confirmée par la suite dans divers modèles de gastrites inflammatoires [69][70]. Une étude réalisée sur l’oélorésine de Copaiba ne semble cependant confirmer que très partiellement l’intérêt thérapeutique dans ce cadre puisque bien qu’étant active sur la dimension inflammatoire du phénomène, elle ne semble pas en mesure de prévenir les dommages gastro-intestinaux [71]. A ce stade, les données scientifiques à disposition ne permettent donc pas de confirmer ou d’infirmer l’intérêt du β-Caryophyllene, et donc de l’huile essentielle de Copaiba, dans le cadre de colites inflammatoires telles que la maladie de Crohn. Il apparaît donc prématuré de la recommander dans le cadre d’inflammation digestive.

L’huile essentielle de Copaiba a également été évaluée à de multiples reprises dans le cadre du traitement de la leishmaniose viscérale. Plusieurs études suggèrent une action anti-leishmaniale de l’huile de Copaiba [72][73][747], action qui a également été identifiée pour le β-Caryophyllene [75]

E° La Sphère Uro-génitale

L’huile essentielle de Copaiba ainsi que le β-Caryophyllene ont également été la source d’investigations dans le cadre de la sphère uro-génitale, que ce soit pour les vertus cicatrisantes de l’huile essentielle sur les lésions de la vessie [76] ou pour les propriétés néphroprotectrices du β-Caryophyllene [77]. Mais la thématique ayant suscité jusqu’ici le plus d’intérêt de la part de la communauté scientifique est l’action sur le phénomène d’endométriose. En effet, un potentiel thérapeutique a pu être mis en avant pour l’huile de Copaiba [78], pour le β-Caryophyllene [79], et s’explique au moins en partie par l’action stimulatrice de ce dernier sur la voie des endocannabinoïdes (CB2) qui a été identifiée comme présentant une action antiproliférative sur l’endométriose [80][81].

S’il est encore trop tôt pour affirmer que l’huile de Copahu est un traitement efficace sur l’endométriose, les différentes données scientifiques à disposition, permettent déjà de l’envisager dans le cadre d’un accompagnement phytothérapeutique. On notera parallèlement qu’une étude a déjà évalué l’impact sur la toxicité reproductive de l’application d’une crème vaginale à base d’huile de Copaiba [82].

F° La Sphère Osseuse

Si l’impact de l’huile essentielle de Copahu sur la sphère osseuse n’a été que peu étudiée, il n’en va pas de même pour sa molécule majoritaire. Le β-Caryophyllene a en effet été identifié comme inhibant l’action des ostéoclastes [83] et stimule le processus ostéoblastique [84], garantissant ainsi l’intégrité du capital osseux [85]. Si cette activité ne semble pas suffisante pour favoriser la réparation osseuse, comme cela a été évalué dans un modèle de chirugie dentaire [86], elle pourrait néanmoins avoir un impact très positif sur la déminéralisation liée à l’âge [87]. Cette action du β-Caryophyllene sur la minéralisation osseuse s’explique d’ailleurs par sa capacité à stimuler les récepteurs aux cannabinoïdes de type CB2, voie biochimique que stimule le 17-β-oestradiol [88] et dont la non stimulation est probablement en cause dans les cas d’ostéoporose post-ménopause.

L’ensemble de ces données permet d’envisager l’utilisation future de l’huile de Copaïba dans le cadre d’un accompagnement des personnes souffrant d’ostéoporose post-ménopause, mais également dans d’autres cas pathologiques.

G° Perspectives en Oncologie

En plus de ses nombreuses propriétés physiologiques, le β-Caryophyllene a également été identifié comme présentant un potentiel anti-cancer direct [89][90], mais également indirect, notamment via sensibilisation de la tumeur à un traitement chimio-thérapeutique [91] ou en prévenant la leucopénie induite par  le traitement [92]. Ses autres propriétés peuvent également s’avérer utiles dans le cadre d’un accompagnement des patients atteints de cancer. Enfin, les propriétés anti-inflammatoires [93] et analgésiques [94] présentent également un intérêt non négligeable faisant du  β-Caryophyllene et donc a fortiori de l’huile essentielle de Copaiba, un outil potentiel de l’accompagnement des patients sous chimiothérapie.

III° Toxicologie

A° Composition moléculaire

L’évaluation toxicologique d’une huile essentielle dépend de sa composition moléculaire. L’huile essentielle obtenue à partir de l’oléorésine de Copaifera officinalis (Baume de Copahu) est essentiellement constituée de β-Caryophyllene (de 55 à 88%), d’α- Trans – Bergamotene (jusqu’à 7%), de β-Bisabolene (jusqu’à 7%), de Germacrene D (jusqu’à 7%), d’α-Copaene (jusqu’à 6 %), d’α-Humulene (jusqu’à 6%) . On notera également la présence en faibles quantités de δ-Cadinene (< 4%).

De manière générale, une huile essentielle obtenue exclusivement à part de Copaifera officinalis contiendra plus de 65% de β-Caryophyllene, mais d’autres espèces de Copaifera sont régulièrement intégrées puisqu’elles fournissent également une oléorésine de Copaiba. Ce phénomène pourrait s’avérer problématique dans un cadre médical puisqu’il peut avoir tendance à diminuer la proportions relative de β-Caryophyllene tout en augmentant celles d’autres molécules. Ainsi le Copaifera multijuga génère une huile ne contenant de 30 à 50% de β-Caryophyllene, mais plus de 10% d’α-Copaene. Quant au Copaifera langsdorffii, son huile contient près de 50% d’α-Trans-Bergamotene.

B° Evaluations toxicologiques

1° Toxicologie orale

Si la toxicité par voie orale de l’huile essentielle de Copaiba n’a, à notre connaissance, jamais été évaluée, il n’en va pas de même pour sa molécule majoritaire. Une étude évaluant la toxicité sub-chronique du β-Caryophyllene par voie orale, a en effet été menée chez le rat [95] et chez la souris [96]. L’étude réalisée chez le rat a mené à l’identification d’une NOAEL supérieure à 700 mg/kg. L’étude réalisée sur la souris a, quant à elle, mené à l’identification d’une NOAEL supérieure à 2000 mg/kg. Ces derniers résultats sont cependant nuancés par l’observation d’altérations problématiques du métabolisme hépatique chez le rat exposé durant 28 jours à une dose orale de 1150 mg/kg [64]. On notera, par ailleurs, que les aspects mutagène et génotoxique ont également été évalués expérimentalement et le β-Caryophyllene ne semble être ni l’un ni l’autre [97][98].

Enfin,  une évaluation sur la toxicité reproductive de l’huile de Copaiba a également été réalisée dans le cadre d’une crème vaginale [82]. Bien qu’il s’agisse d’une application topique et non d’une exposition par voie orale, les résultats de cette études semblent indiquer que l’huile de copahu ne représente pas un risque significatif en termes de toxicité reproductive.

Sur base de ces informations, il semble envisageable de considérer une dose orale quotidienne acceptable chez l’homme adulte à 200 mg par jour.

2° Toxicologie cutanée

Si l’oléorésine de Copaiba (= Baume de Copahu) est effectivement reconnue pour son potentiel irritant, il n’en va pas de même pour l’huile essentielle (les agents irritants seraient des composants de la résines et non des éléments de la fraction aromatique volatile). Le β-Caryophyllene a cependant été identifié comme un allergène potentiel dans le cadre de la parfumerie [99] même s’il n’a finalement pas été reconnu comme présentant un risque suffisant que pour figurer dans la liste des 26 substances allergènes cosmétiques. On notera, par ailleurs, que l’oxydation du β-Caryophyllene n’entraine pas une augmentation de son potentiel allergisant [100]. L’application cutanée de β-Caryophyllene pur a également entrainé une forme d’irritation chez le lapin [101] mais n’a montré aucun effet irritant à 4% sur 25 volontaire [101].

3° Toxicologie respiratoire

L’huile essentielle de Copaiba est essentiellement composée de sesquiterpènes dont la volatilité est extrêmement faible. Bien que d’un point de vue toxicologique, la molécule majoritaire, à savoir le β-Caryophyllene ne semble pas présenter une toxicité excessive par inhalation, cette faible volatilité laisse à penser que l’huile essentielle est peu

C° Interactions médicamenteuses potentielles

Comme nous avons pu le voir précédemment, le β-Caryophyllene présente de nombreuses propriétés et son impact physiologique est loin d’être négligeable. Cette action à de multiples niveaux est une force mais apparaît également comme une faiblesse lorsqu’elle est évaluée dans le cadre des interactions médicamenteuses potentielles. A titre d’exemple, il a été démontré que la molécule et son oxyde peuvent inhiber l’action de certaines enzymes hépatiques, modifiant de ce fait la pharmacocinétique de certaines substances qui seraient administrées en parallèle [102].

L’application cutanée d’huile de Copaiba amplifie également la perméabilité cutanée à certaines autres substances thérapeutiques comme cela a notamment pu être démontré dans le cas du celecoxib [103].

Dans ces conditions, il apparaît raisonnable de considérer avec prudence l’utilisation de l’huile essentielle de Copaiba parallèlement à d’autres traitements médicamenteux.

IV° Références

[1] Jürg Gertsch, Marco Leonti, Stefan Raduner, Ildiko Racz, Jian-Zhong Chen, Xiang-Qun Xie, Karl-Heinz Altmann, Meliha Karsak and Andreas Zimmer (2008) « Beta-caryophyllene is a dietary cannabinoid » Proc Natl Acad Sci U S A. 2008 Jul 1;105(26):9099-104. doi: 10.1073/pnas.0803601105. Epub 2008 Jun 23. LIEN

[2] Gertsch J (2008) « Anti-inflammatory cannabinoids in diet: Towards a better understanding of CB(2) receptor action?” Commun Integr Biol. 2008;1(1):26-8.

[3] Sharma C, Al Kaabi JM, Nurulain SM, Goyal SN, Kamal MA, Ojha S. (2016) “Polypharmacological Properties and Therapeutic Potential of β-Caryophyllene: A Dietary Phytocannabinoid of Pharmaceutical Promise.” Curr Pharm Des. 2016;22(21):3237-64. LIEN

[4] Lucca LG, de Matos SP, Kreutz T, Teixeira HF, Veiga VF Jr., de Araújo BV, Limberger RP, Koester LS. (2018) ”Anti-inflammatory Effect from a Hydrogel Containing Nanoemulsified Copaiba oil (Copaifera multijuga Hayne).” AAPS PharmSciTech. 2018 Feb;19(2):522-530. doi: 10.1208/s12249-017-0862-6. Epub 2017 Aug 21.

[5] Botelho NM, Silveira EL, Lopes LN, Santos FA, Teixeira RK, Silva TT (2014). “Copaiba oil effect under different pathways in mice subjected to sepsis.” Acta Cir Bras. 2014 Aug;29(8):528-31.

[6] Oliveira-Tintino CDM, Pessoa RT, Fernandes MNM, Alcântara IS, da Silva BAF, de Oliveira MRC, Martins AOBPB, da Silva MDS, Tintino SR, Rodrigues FFG, da Costa JGM, de Lima SG, Kerntopf MR, da Silva TG, de Menezes IRA. (2018)  “ Anti-inflammatory and anti-edematogenic action of the Croton campestris A. St.-Hil (Euphorbiaceae) essential oil and the compound β-caryophyllene in in vivo models. ” Phytomedicine. 2018 Mar 1;41:82-95. doi: 10.1016/j.phymed.2018.02.004. Epub 2018 Feb 13.

[7] Andrade-Silva M, Correa LB, Candéa AL, Cavalher-Machado SC, Barbosa HS, Rosas EC, Henriques MG. (2016) « The cannabinoid 2 receptor agonist β-caryophyllene modulates the inflammatory reaction induced by Mycobacterium bovis BCG by inhibiting neutrophil migration.” Inflamm Res. 2016 Nov;65(11):869-879. Epub 2016 Jul 5.

[8] Meza A, Lehmann C. (2018)  “Betacaryophyllene – A phytocannabinoid as potential therapeutic modality for human sepsis?” Med Hypotheses. 2018 Jan;110:68-70. doi: 10.1016/j.mehy.2017.10.025. Epub 2017 Nov 4.

[9] Zhang Z, Yang C, Dai X, Ao Y, Li Y. (2017) « Inhibitory effect of trans-caryophyllene (TC) on leukocyte-endothelial attachment.” Toxicol Appl Pharmacol. 2017 Aug 15;329:326-333. doi: 10.1016/j.taap.2017.06.016. Epub 2017 Jun 15.

[10] Yoo HJ, Jwa SK. (2018) “Inhibitory effects of β-caryophyllene on Streptococcus mutans biofilm.” Arch Oral Biol. 2018 Apr;88:42-46. doi: 10.1016/j.archoralbio.2018.01.009.

[11] Tobouti PL, de Andrade Martins TC, Pereira TJ, Mussi MCM. (2017) « Antimicrobial activity of copaiba oil: A review and a call for further research.” Biomed Pharmacother. 2017 Oct;94:93-99. doi: 10.1016/j.biopha.2017.07.092. Epub 2017 Jul 27.

[12] Simões CA, Conde NC, Venâncio GN, Milério PS, Bandeira MF, da Veiga Júnior VF.(2016) “Antibacterial Activity of Copaiba Oil Gel on Dental Biofilm.” Open Dent J. 2016 May 11;10:188-95. doi: 10.2174/1874210601610010188. eCollection 2016.

[13] Wagner VP, Webber LP, Ortiz L, Rados PV, Meurer L, Lameira OA, Lima RR, Martins MD. (2017) « Effects of Copaiba Oil Topical Administration on Oral Wound Healing.” Phytother Res. 2017 Aug;31(8):1283-1288. doi: 10.1002/ptr.5845. Epub 2017 Jun 21.

[14] Diefenbach AL, Muniz FWMG, Oballe HJR, Rösing CK. (2018) “Antimicrobial activity of copaiba oil (Copaifera ssp.) on oral pathogens: Systematic review.” Phytother Res. 2018 Apr;32(4):586-596. doi: 10.1002/ptr.5992. Epub 2017 Nov 29.

[15] Pieri FA, Souza MC, Vermelho LL, Vermelho ML, Perciano PG, Vargas FS, Borges AP, da Veiga-Junior VF, Moreira MA. (2016) « Use of β-caryophyllene to combat bacterial dental plaque formation in dogs.” BMC Vet Res. 2016 Oct 1;12(1):216.

[16] Liu H, Song Z, Liao D, Zhang T, Liu F, Zhuang K, Luo K, Yang L. (2015) “Neuroprotective effects of trans-caryophyllene against kainic acid induced seizure activity and oxidative stress in mice.” Neurochem Res. 2015 Jan;40(1):118-23. doi: 10.1007/s11064-014-1474-0. Epub 2014 Nov 23.

[17] de Oliveira CC, de Oliveira CV, Grigoletto J, Ribeiro LR, Funck VR, Grauncke AC, de Souza TL, Souto NS, Furian AF, Menezes IR, Oliveira MS. (2016) “Anticonvulsant activity of β-caryophyllene against pentylenetetrazol-induced seizures.” Epilepsy Behav. 2016 Mar;56:26-31. doi: 10.1016/j.yebeh.2015.12.040. Epub 2016 Jan 29.

[18] Tchekalarova J, da Conceição Machado K, Gomes Júnior AL, de Carvalho Melo Cavalcante AA, Momchilova A, Tzoneva R. (2018) “Pharmacological characterization of the cannabinoid receptor 2 agonist, β-caryophyllene on seizure models in mice.” Seizure. 2018 Apr;57:22-26. doi: 10.1016/j.seizure.2018.03.009. Epub 2018 Mar 12.

[19] Chang HJ, Kim JM, Lee JC, Kim WK, Chun HS. (2013) “Protective effect of β-caryophyllene, a natural bicyclic sesquiterpene, against cerebral ischemic injury.” J Med Food. 2013 Jun;16(6):471-80. doi: 10.1089/jmf.2012.2283. Epub 2013 Jun 4.

[20] Guo K, Mou X, Huang J, Xiong N, Li H. (2014) “Trans-caryophyllene suppresses hypoxia-induced neuroinflammatory responses by inhibiting NF-κB activation in microglia.” J Mol Neurosci. 2014 Sep;54(1):41-8. doi: 10.1007/s12031-014-0243-5. Epub 2014 Feb 4.

[21] Lou J, Cao G, Li R, Liu J, Dong Z, Xu L. (2016) “β-Caryophyllene Attenuates Focal Cerebral Ischemia-Reperfusion Injury by Nrf2/HO-1 Pathway in Rats.” Neurochem Res. 2016 Jun;41(6):1291-304. doi: 10.1007/s11064-016-1826-z. Epub 2016 Jan 22.

[22] Tian X, Peng J, Zhong J, Yang M, Pang J, Lou J, Li M, An R, Zhang Q, Xu L, Dong Z. (2016) “β-Caryophyllene protects in vitro neurovascular unit against oxygen-glucose deprivation and re-oxygenation-induced injury.” J Neurochem. 2016 Dec;139(5):757-768. doi: 10.1111/jnc.13833. Epub 2016 Sep 19.

[23] Zhang Q, An R, Tian X, Yang M, Li M, Lou J, Xu L, Dong Z. (2017) « β-Caryophyllene Pretreatment Alleviates Focal Cerebral Ischemia-Reperfusion Injury by Activating PI3K/Akt Signaling Pathway.”  Neurochem Res. 2017 May;42(5):1459-1469. doi: 10.1007/s11064-017-2202-3. Epub 2017 Feb 24.

[24] Yang M, Lv Y, Tian X, Lou J, An R, Zhang Q, Li M, Xu L, Dong Z. (2017)  » Neuroprotective Effect of β-Caryophyllene on Cerebral Ischemia-Reperfusion Injury via Regulation of Necroptotic Neuronal Death and Inflammation: In Vivo and in Vitro.” Front Neurosci. 2017 Oct 26;11:583. doi: 10.3389/fnins.2017.00583. eCollection 2017.

[25] Poddighe L, Carta G, Serra MP, Melis T, Boi M, Lisai S, Murru E, Muredda L, Collu M, Banni S, Quartu M. (2018) « Acute administration of beta-caryophyllene prevents endocannabinoid system activation during transient common carotid artery occlusion and reperfusion.” Lipids Health Dis. 2018 Feb 5;17(1):23. doi: 10.1186/s12944-018-0661-4.

[26] Guimarães-Santos A, Santos DS, Santos IR, Lima RR, Pereira A, de Moura LS, Carvalho RN Jr, Lameira O, Gomes-Leal W. (2012) “Copaiba oil-resin treatment is neuroprotective and reduces neutrophil recruitment and microglia activation after motor cortex excitotoxic injury.” Evid Based Complement Alternat Med. 2012;2012:918174. doi: 10.1155/2012/918174. Epub 2012 Feb 19.

[27] Assis LC, Straliotto MR, Engel D, Hort MA, Dutra RC, de Bem AF. (2014)  “β-Caryophyllene protects the C6 glioma cells against glutamate-induced excitotoxicity through the Nrf2 pathway.” Neuroscience. 2014 Oct 24;279:220-31. doi: 10.1016/j.neuroscience.2014.08.043. Epub 2014 Sep 4.

[28] Barbosa R, Cruz-Mendes Y, Silva-Alves KS, Ferreira-da-Silva FW, Ribeiro NM, Morais LP, Leal-Cardoso JH. (2017)  » Effects of Lippia sidoides essential oil, thymol, p-cymene, myrcene and caryophyllene on rat sciatic nerve excitability.” Braz J Med Biol Res. 2017 Oct 19;50(12):e6351. doi: 10.1590/1414-431X20176351.

[29] Dias DS, Fontes LB, Crotti AE, Aarestrup BJ, Aarestrup FM, da Silva Filho AA, Corrêa JO5. (2014) “Copaiba oil suppresses inflammatory cytokines in splenocytes of C57Bl/6 mice induced with experimental autoimmune encephalomyelitis (EAE).” Molecules. 2014 Aug 21;19(8):12814-26. doi: 10.3390/molecules190812814.

[30] Fontes LBA, Dias DDS, Aarestrup BJV, Aarestrup FM, Da Silva Filho AA, Corrêa JODA. (2017) β-Caryophyllene ameliorates the development of experimental autoimmune encephalomyelitis in C57BL/6 mice.” Biomed Pharmacother. 2017 Jul;91:257-264. doi: 10.1016/j.biopha.2017.04.092. Epub 2017 May 2.

[31] Hu Y, Zeng Z, Wang B, Guo S. (2017) « Trans-caryophyllene inhibits amyloid β (Aβ) oligomer-induced neuroinflammation in BV-2 microglial cells.” Int Immunopharmacol. 2017 Oct;51:91-98. doi: 10.1016/j.intimp.2017.07.009.

[32] Cheng Y, Dong Z, Liu S. (2014) « β-Caryophyllene ameliorates the Alzheimer-like phenotype in APP/PS1 Mice through CB2 receptor activation and the PPARγ pathway.” Pharmacology. 2014;94(1-2):1-12. doi: 10.1159/000362689. Epub 2014 Aug 26.

[33] Ojha S, Javed H, Azimullah S, Haque ME. (2016) “β-Caryophyllene, a phytocannabinoid attenuates oxidative stress, neuroinflammation, glial activation, and salvages dopaminergic neurons in a rat model of Parkinson disease.” Mol Cell Biochem. 2016 Jul;418(1-2):59-70. doi: 10.1007/s11010-016-2733-y. Epub 2016 Jun 17.

[34] Javed H, Azimullah S, Haque ME, Ojha SK. (2016) « Cannabinoid Type 2 (CB2) Receptors Activation Protects against Oxidative Stress and Neuroinflammation Associated Dopaminergic Neurodegeneration in Rotenone Model of Parkinson’s Disease.” Front Neurosci. 2016 Aug 2;10:321. doi: 10.3389/fnins.2016.00321. eCollection 2016.

[35] Viveros-Paredes JM, González-Castañeda RE, Gertsch J, Chaparro-Huerta V, López-Roa RI, Vázquez-Valls E, Beas-Zarate C, Camins-Espuny A, Flores-Soto ME. (2017)  “ Neuroprotective Effects of β-Caryophyllene against Dopaminergic Neuron Injury in a Murine Model of Parkinson’s Disease Induced by MPTP.” Pharmaceuticals (Basel). 2017 Jul 6;10(3). pii: E60. doi: 10.3390/ph10030060.

[36] Alberti TB, Barbosa WL, Vieira JL, Raposo NR, Dutra RC. (2017) « (-)-β-Caryophyllene, a CB2 Receptor-Selective Phytocannabinoid, Suppresses Motor Paralysis and Neuroinflammation in a Murine Model of Multiple Sclerosis.”  Int J Mol Sci. 2017 Apr 1;18(4). pii: E691. doi: 10.3390/ijms18040691. LIEN

[37] Katsuyama S, Mizoguchi H, Kuwahata H, Komatsu T, Nagaoka K, Nakamura H, Bagetta G, Sakurada T, Sakurada S. (2012) “Involvement of peripheral cannabinoid and opioid receptors in β-caryophyllene-induced antinociception.” Eur J Pain. 2013 May;17(5):664-75. doi: 10.1002/j.1532-2149.2012.00242.x. Epub 2012 Nov 9.

[38] Paula-Freire LI, Andersen ML, Gama VS, Molska GR, Carlini EL. (2014) “The oral administration of trans-caryophyllene attenuates acute and chronic pain in mice.” Phytomedicine. 2014 Feb 15;21(3):356-62. doi: 10.1016/j.phymed.2013.08.006. Epub 2013 Sep 20.

[39] Klauke AL, Racz I, Pradier B, Markert A, Zimmer AM, Gertsch J, Zimmer A. (2014) “The cannabinoid CB₂ receptor-selective phytocannabinoid beta-caryophyllene exerts analgesic effects in mouse models of inflammatory and neuropathic pain.” Eur Neuropsychopharmacol. 2014 Apr;24(4):608-20. doi: 10.1016/j.euroneuro.2013.10.008. Epub 2013 Oct 22.

[40] Quintans-Júnior LJ, Araújo AA, Brito RG, Santos PL, Quintans JS, Menezes PP, Serafini MR, Silva GF, Carvalho FM, Brogden NK, Sluka KA. (2016) “β-caryophyllene, a dietary cannabinoid, complexed with β-cyclodextrin produced anti-hyperalgesic effect involving the inhibition of Fos expression in superficial dorsal horn.” Life Sci. 2016 Mar 15;149:34-41. doi: 10.1016/j.lfs.2016.02.049. Epub 2016 Feb 13.

[41] Segat GC, Manjavachi MN, Matias DO, Passos GF, Freitas CS, Costa R, Calixto JB. (2017)  “Antiallodynic effect of β-caryophyllene on paclitaxel-induced peripheral neuropathy in mice.” Neuropharmacology. 2017 Oct;125:207-219. doi: 10.1016/j.neuropharm.2017.07.015. Epub 2017 Jul 18.

[42] Galdino PM, Nascimento MV, Florentino IF, Lino RC, Fajemiroye JO, Chaibub BA, de Paula JR, de Lima TC, Costa EA. (2012) ”The anxiolytic-like effect of an essential oil derived from Spiranthera odoratissima A. St. Hil. leaves and its major component, β-caryophyllene, in male mice.” Prog Neuropsychopharmacol Biol Psychiatry. 2012 Aug 7;38(2):276-84. doi: 10.1016/j.pnpbp.2012.04.012. Epub 2012 Apr 21.

[43] Bahi A, Al Mansouri S, Al Memari E, Al Ameri M, Nurulain SM, Ojha S. (2014) “β-Caryophyllene, a CB2 receptor agonist produces multiple behavioral changes relevant to anxiety and depression in mice.” Physiol Behav. 2014 Aug;135:119-24. doi: 10.1016/j.physbeh.2014.06.003. Epub 2014 Jun 13.

[44] Oliveira DR, Silva DM, Florentino IF, de Brito A, Fajemiroye JO, Silva DPB, da Rocha F, Costa EA, De Carvalho PG. (2018)  “ Monoamine Involvement in the Antidepressant-Like Effect of β-Caryophyllene.” CNS Neurol Disord Drug Targets. 2018 Apr 20. doi:10.2174/1871527317666180420150249.

[45] Pinho-da-Silva L1, Mendes-Maia PV, Teófilo TM, Barbosa R, Ceccatto VM, Coelho-de-Souza AN, Santos Cruz J, Leal-Cardoso JH. (2012) “trans-Caryophyllene, a natural sesquiterpene, causes tracheal smooth muscle relaxation through blockade of voltage-dependent Ca²⁺ channels.” Molecules. 2012 Oct 11;17(10):11965-77. doi: 10.3390/molecules171011965.

[46] Leonhardt V, Leal-Cardoso JH, Lahlou S, Albuquerque AA, Porto RS, Celedônio NR, Oliveira AC, Pereira RF, Silva LP, Garcia-Teófilo TM, Silva AP, Magalhães PJ, Duarte GP, Coelho-de-Souza AN. (2010) “Antispasmodic effects of essential oil of Pterodon polygalaeflorus and its main constituent β-caryophyllene on rat isolated ileum.” Fundam Clin Pharmacol. 2010 Dec;24(6):749-58. doi: 10.1111/j.1472-8206.2009.00800.x.

[47] Santos NA, Martins NM, Sisti FM, Fernandes LS, Ferreira RS, de Freitas O, Santos AC. (2017) « The cannabinoid beta-caryophyllene (BCP) induces neuritogenesis in PC12 cells by a cannabinoid-receptor-independent mechanism.” Chem Biol Interact. 2017 Jan 5;261:86-95. doi: 10.1016/j.cbi.2016.11.015. Epub 2016 Nov 18.

[48] Lou J, Teng Z, Zhang L, Yang J, Ma L, Wang F, Tian X, An R, Yang M, Zhang Q, Xu L, Dong Z. (2017) β-Caryophyllene/Hydroxypropyl-β-Cyclodextrin Inclusion Complex Improves Cognitive Deficits in Rats with Vascular Dementia through the Cannabinoid Receptor Type 2 -Mediated Pathway.” Front Pharmacol. 2017 Jan 19;8:2. doi: 10.3389/fphar.2017.00002. eCollection 2017.

[49] Al Mansouri S, Ojha S, Al Maamari E, Al Ameri M, Nurulain SM, Bahi A. (2014) “The cannabinoid receptor 2 agonist, β-caryophyllene, reduced voluntary alcohol intake and attenuated ethanol-induced place preference and sensitivity in mice.” Pharmacol Biochem Behav. 2014 Sep;124:260-8. doi: 10.1016/j.pbb.2014.06.025. Epub 2014 Jul 3.

[50] Chen DJ, Gao M, Gao FF, Su QX, Wu J (2017) – “Brain cannabinoid receptor 2: expression, function and modulation.” Acta Pharmacol Sin. 2017 Mar;38(3):312-316. doi: 10.1038/aps.2016.149. Epub 2017 Jan 9.

[51] Delis F, Polissidis A, Poulia N, Justinova Z, Nomikos GG, Goldberg SR, Antoniou K (2017) – “Attenuation of Cocaine-Induced Conditioned Place Preference and Motor Activity via Cannabinoid CB2 Receptor Agonism and CB1 Receptor Antagonism in Rats.” Int J Neuropsychopharmacol. 2017 Mar 1;20(3):269-278. doi: 10.1093/ijnp/pyw102.

[52] Zhang HY, Gao M, Liu QR, Bi GH, Li X, Yang HJ, Gardner EL, Wu J, Xi ZX (2014) – « Cannabinoid CB2 receptors modulate midbrain dopamine neuronal activity and dopamine-related behavior in mice.” Proc Natl Acad Sci U S A. 2014 Nov 18;111(46):E5007-15. doi: 10.1073/pnas.1413210111. Epub 2014 Nov 3.

[53] Brito MV, Costa FD, Vasconcelos DM, Costa LA, Yasojima EY, Teixeira RK, Yamaki VN. (2014) ”Attenuation of copaiba oil in hepatic damage in rats.” Acta Cir Bras. 2014 Dec;29(12):776-80. doi: 10.1590/S0102-86502014001900002.

[54] Calleja MA, Vieites JM, Montero-Meléndez T, Torres MI, Faus MJ, Gil A, Suárez A. (2013) « The antioxidant effect of β-caryophyllene protects rat liver from carbon tetrachloride-induced fibrosis by inhibiting hepatic stellate cell activation.” Br J Nutr. 2013 Feb 14;109(3):394-401. doi: 10.1017/S0007114512001298. Epub 2012 May 1.

[55] Cho HI, Hong JM, Choi JW, Choi HS, Kwak JH, Lee DU, Kook Lee S, Lee SM. (2015) “β-Caryophyllene alleviates D-galactosamine and lipopolysaccharide-induced hepatic injury through suppression of the TLR4 and RAGE signaling pathways.” Eur J Pharmacol. 2015 Oct 5;764:613-21. doi: 10.1016/j.ejphar.2015.08.001. Epub 2015 Aug 5.

[56] Arizuka N, Murakami T, Suzuki K. (2017) “The effect of β-caryophyllene on nonalcoholic steatohepatitis.” J Toxicol Pathol. 2017 Oct;30(4):263-273. doi: 10.1293/tox.2017-0018. Epub 2017 Jun 19.

[57] Varga ZV, Matyas C, Erdelyi K, Cinar R, Nieri D, Chicca A, Nemeth BT, Paloczi J, Lajtos T, Corey L, Hasko G, Gao B, Kunos G, Gertsch J, Pacher P. (2018) « β-Caryophyllene protects against alcoholic steatohepatitis by attenuating inflammation and metabolic dysregulation in mice.” Br J Pharmacol. 2018 Jan;175(2):320-334. doi: 10.1111/bph.13722. Epub 2017 Feb 22.

[58] Kelany ME, Abdallah MA. (2016) “Protective effects of combined β-caryophyllene and silymarin against ketoprofen-induced hepatotoxicity in rats.” Can J Physiol Pharmacol. 2016 Jul;94(7):739-44. doi: 10.1139/cjpp-2015-0607. Epub 2016 Mar 9.

[59] Wu C, Jia Y, Lee JH, Jun HJ, Lee HS, Hwang KY, Lee SJ. (2014) “trans-Caryophyllene is a natural agonistic ligand for peroxisome proliferator-activated receptor-α.” Bioorg Med Chem Lett. 2014 Jul 15;24(14):3168-74. doi: 10.1016/j.bmcl.2014.04.112. Epub 2014 May 6.

[60] Kamikubo R, Kai K, Tsuji-Naito K, Akagawa M. (2016) “β-Caryophyllene attenuates palmitate-induced lipid accumulation through AMPK signaling by activating CB2 receptor in human HepG2 hepatocytes.” Mol Nutr Food Res. 2016 Oct;60(10):2228-2242. doi: 10.1002/mnfr.201600197. Epub 2016 Jun 16.

[61] Baldissera MD, Souza CF, Doleski PH, Leal DBR, Stefani LM, Boligon AA, Monteiro SG. (2017) « Enzymes that hydrolyze adenine nucleotides in a model of hypercholesterolemia induced by Triton WR-1339: protective effects of β-caryophyllene” Mol Cell Biochem. 2017 Oct;434(1-2):127-134. doi: 10.1007/s11010-017-3042-9. Epub 2017 Apr 21.

[62] Baldissera MD, Souza CF, Grando TH, Doleski PH, Boligon AA, Stefani LM, Monteiro SG (2017) “Hypolipidemic effect of β-caryophyllene to treat hyperlipidemic rats.” Naunyn Schmiedebergs Arch Pharmacol. 2017 Feb;390(2):215-223. doi: 10.1007/s00210-016-1326-3. Epub 2016 Dec 2.

[63] Baldissera MD, Souza CF, Grando TH, Stefani LM, Monteiro SG. (2017) β-caryophyllene reduces atherogenic index and coronary risk index in hypercholesterolemic rats: The involvement of cardiac oxidative damage.” Chem Biol Interact. 2017 May 25;270:9-14. doi: 10.1016/j.cbi.2017.04.008. Epub 2017 Apr 12.

[64] Castro Ghizoni CV, Arssufi Ames AP, Lameira OA, Bersani Amado CA, Sá Nakanishi AB, Bracht L, Marçal Natali MR, Peralta RM, Bracht A, Comar JF (2017) “Anti-Inflammatory and Antioxidant Actions of Copaiba Oil Are Related to Liver Cell Modifications in Arthritic Rats.” J Cell Biochem. 2017 Oct;118(10):3409-3423. doi: 10.1002/jcb.25998. Epub 2017 May 25.

[65] Suijun W, Zhen Y, Ying G, Yanfang W. (2014) “A role for trans-caryophyllene in the moderation of insulin secretion.” Biochem Biophys Res Commun. 2014 Feb 21;444(4):451-4. doi: 10.1016/j.bbrc.2013.11.136. Epub 2014 Jan 31.

[66] Basha RH, Sankaranarayanan C. (2014) « β-Caryophyllene, a natural sesquiterpene, modulates carbohydrate metabolism in streptozotocin-induced diabetic rats.” Acta Histochem. 2014 Oct;116(8):1469-79. doi: 10.1016/j.acthis.2014.10.001. Epub 2014 Oct 23.

[67] Basha RH, Sankaranarayanan C. (2016) « β-Caryophyllene, a natural sesquiterpene lactone attenuates hyperglycemia mediated oxidative and inflammatory stress in experimental diabetic rats.” Chem Biol Interact. 2016 Feb 5;245:50-8. doi: 10.1016/j.cbi.2015.12.019. Epub 2015 Dec 31.

[68] Tambe Y, Tsujiuchi H, Honda G, Ikeshiro Y, Tanaka S. (1996) «  Gastric cytoprotection of the non-steroidal anti-inflammatory sesquiterpene, beta-caryophyllene.” Planta Med. 1996 Oct;62(5):469-70.

[69] Bento AF, Marcon R, Dutra RC, Claudino RF, Cola M, Leite DF, Calixto JB. “β-Caryophyllene inhibits dextran sulfate sodium-induced colitis in mice through CB2 receptor activation and PPARγ pathway.” Am J Pathol. 2011 Mar;178(3):1153-66. doi: 10.1016/j.ajpath.2010.11.052.

[70] Cho JY, Kim HY, Kim SK, Park JHY, Lee HJ, Chun HS. (2015) “β-Caryophyllene attenuates dextran sulfate sodium-induced colitis in mice via modulation of gene expression associated mainly with colon inflammation.” Toxicol Rep. 2015 Jul 26;2:1039-1045. doi: 10.1016/j.toxrep.2015.07.018. eCollection 2015.

[71] Barbosa MMC, Vicentini FA, Castro-Ghizoni CV, Lameira OA, Sa-Nakanishi AB, Bracht L, Peralta RM, Natali MRM, Bracht A, Comar JF. (2018) “Copaiba Oil Decreases Oxidative Stress and Inflammation But not Colon Damage in Rats with TNBS-Induced Colitis.” Endocr Metab Immune Disord Drug Targets. 2018;18(3):268-280. doi: 10.2174/1871530318666180215102029.

[72] Dos Santos AO, Costa MA, Ueda-Nakamura T, Dias-Filho BP, da Veiga-Júnior VF, de Souza Lima MM, Nakamura CV. (2011)  » Leishmania amazonensis: effects of oral treatment with copaiba oil in mice.” Exp Parasitol. 2011 Oct;129(2):145-51. doi: 10.1016/j.exppara.2011.06.016. Epub 2011 Jul 13.

[73] Dos Santos AO, Ueda-Nakamura T, Dias Filho BP, da Veiga Junior VF, Nakamura CV. (2012) “Copaiba Oil: An Alternative to Development of New Drugs against Leishmaniasis.” Evid Based Complement Alternat Med. 2012;2012:898419. doi: 10.1155/2012/898419. Epub 2011 Jun 12.

[74] Santos AO, Izumi E, Ueda-Nakamura T, Dias-Filho BP, Veiga-Júnior VF, Nakamura CV. (2013) “Antileishmanial activity of diterpene acids in copaiba oil” Mem Inst Oswaldo Cruz. 2013 Feb;108(1):59-64.

[75] Soares DC1, Portella NA, Ramos MF, Siani AC, Saraiva EM. (2013)  » Trans- β -Caryophyllene: An Effective Antileishmanial Compound Found in Commercial Copaiba Oil (Copaifera spp.).” Evid Based Complement Alternat Med. 2013;2013:761323. doi: 10.1155/2013/761323. Epub 2013 Jun 22.

[76] Feitosa DJS Junior, de Carvalho LTF, Rocha IRO, de Brito CN, Moreira RA, de Barros CAV. (2018) « Effects of Copaiba oil in the healing process of urinary bladder in rats.” Int Braz J Urol. 2018 Mar-Apr;44(2):384-389. doi: 10.1590/S1677-5538.IBJU.2017.0143.

[77] Horváth B, Mukhopadhyay P, Kechrid M, Patel V, Tanchian G, Wink DA, Gertsch J, Pacher P. (2012) β-Caryophyllene ameliorates cisplatin-induced nephrotoxicity in a cannabinoid 2 receptor-dependent manner.” Free Radic Biol Med. 2012 Apr 15;52(8):1325-33. doi: 10.1016/j.freeradbiomed.2012.01.014. Epub 2012 Jan 31.

[78] Nogueira Neto J, Lindoso MJ, Coelho LF, Carvalho RA, Rodrigues TG, Araújo AG, Girão MJ, Schor E. (2011) « Changes in the volume and histology of endometriosis foci in rats treated with copaiba oil (Copaiferalangsdorffii).” Acta Cir Bras. 2011;26 Suppl 2:20-4.

[79] Abbas MA, Taha MO, Zihlif MA, Disi AM. (2013) « β-Caryophyllene causes regression of endometrial implants in a rat model of endometriosis without affecting fertility.” Eur J Pharmacol. 2013 Feb 28;702(1-3):12-9. doi: 10.1016/j.ejphar.2013.01.011. Epub 2013 Jan 23.

[80] Leconte M, Nicco C, Ngô C, Arkwright S, Chéreau C, Guibourdenche J, Weill B, Chapron C, Dousset B, Batteux F. (2010) – “Antiproliferative effects of cannabinoid agonists on deep infiltrating endometriosis.” Am J Pathol. 2010 Dec;177(6):2963-70. doi: 10.2353/ajpath.2010.100375. Epub 2010 Nov 5.

[81] Bilgic E, Guzel E, Kose S, Aydin MC, Karaismailoglu E, Akar I, Usubutun A, Korkusuz P. (2017) – “Endocannabinoids modulate apoptosis in endometriosis and adenomyosis.” Acta Histochem. 2017 Jun;119(5):523-532. doi: 10.1016/j.acthis.2017.05.005. Epub 2017 May 23.

[82] Lima CS, de Medeiros BJ, Favacho HA, dos Santos KC, de Oliveira BR, Taglialegna JC, da Costa EV, de Campos KJ, Carvalho JC. (2011) “Pre-clinical validation of a vaginal cream containing copaiba oil (reproductive toxicology study).” Phytomedicine. 2011 Sep 15;18(12):1013-23. doi: 10.1016/j.phymed.2011.05.004. Epub 2011 Jun 12.

[83] Di Sotto A, Mazzanti G, Carbone F, Hrelia P, Maffei F. (2010) “Inhibition by beta-caryophyllene of ethyl methanesulfonate-induced clastogenicity in cultured human lymphocytes.” Mutat Res. 2010 Jun 17;699(1-2):23-8. doi: 10.1016/j.mrgentox.2010.04.008. Epub 2010 Apr 14.

[84] Yamaguchi M, Levy RM. (2016) β-Caryophyllene promotes osteoblastic mineralization, and suppresses osteoclastogenesis and adipogenesis in mouse bone marrow cultures in vitro.” Exp Ther Med. 2016 Dec;12(6):3602-3606. doi: 10.3892/etm.2016.3818. Epub 2016 Oct 18.

[85] Shan J, Chen L, Lu K. (2017) “Protective effects of trans-caryophyllene on maintaining osteoblast function.” IUBMB Life. 2017 Jan;69(1):22-29. doi: 10.1002/iub.1584.

[86] Dias-da-Silva MA, Pereira AC, Marin MC, Salgado MA. (2013)  » The influence of topic and systemic administration of copaiba oil on the alveolar wound healing after tooth extraction in rats.” J Clin Exp Dent. 2013 Oct 1;5(4):e169-73. doi: 10.4317/jced.51104. eCollection 2013 Oct 1.

[87] Zofková I, Matucha P. (2014) – “New insights into the physiology of bone regulation: the role of neurohormones.” Physiol Res. 2014;63(4):421-7. Epub 2014 Apr 3.

[88] Rossi F, Bellini G, Luongo L, Mancusi S, Torella M, Tortora C, Manzo I, Guida F, Nobili B, de Novellis V, Maione S. (2013) “The 17-β-oestradiol inhibits osteoclast activity by increasing the cannabinoid CB2 receptor expression.” Pharmacol Res. 2013 Feb;68(1):7-15. doi: 10.1016/j.phrs.2012.10.017. Epub 2012 Nov 6.

[89] Jung JI, Kim EJ, Kwon GT, Jung YJ, Park T, Kim Y, Yu R, Choi MS, Chun HS, Kwon SH, Her S, Lee KW, Park JH. (2015)  » β-Caryophyllene potently inhibits solid tumor growth and lymph node metastasis of B16F10 melanoma cells in high-fat diet-induced obese C57BL/6N mice.” Carcinogenesis. 2015 Sep;36(9):1028-39. doi: 10.1093/carcin/bgv076. Epub 2015 May 29.

[90] Dahham SS, Tabana YM, Iqbal MA, Ahamed MB, Ezzat MO, Majid AS, Majid AM. (2015) “The Anticancer, Antioxidant and Antimicrobial Properties of the Sesquiterpene β-Caryophyllene from the Essential Oil of Aquilaria crassna.” Molecules. 2015 Jun 26;20(7):11808-29. doi: 10.3390/molecules200711808.

[91] DI Giacomo S, DI Sotto A, Mazzanti G, Wink M. (2017) “Chemosensitizing Properties of β-Caryophyllene and β-Caryophyllene Oxide in Combination with Doxorubicin in Human Cancer Cells.” Anticancer Res. 2017 Mar;37(3):1191-1196.

[92] Campos MI, Vieira WD, Campos CN, Aarestrup FM, Aarestrup BJ. (2015) « Atorvastatin and trans-caryophyllene for the prevention of leukopenia in an experimental chemotherapy model in Wistar rats.” Mol Clin Oncol. 2015 Jul;3(4):825-828. Epub 2015 Apr 9.

[93] Sain S, Naoghare PK, Devi SS, Daiwile A, Krishnamurthi K, Arrigo P, Chakrabarti T. (2014) “Beta caryophyllene and caryophyllene oxide, isolated from Aegle marmelos, as the potent anti-inflammatory agents against lymphoma and neuroblastoma cells.” Antiinflamm Antiallergy Agents Med Chem. 2014 Mar;13(1):45-55.

[94] Fidyt K, Fiedorowicz A, Strządała L, Szumny A. (2016) β-caryophyllene and β-caryophyllene oxide-natural compounds of anticancer and analgesic properties.” Cancer Med. 2016 Oct;5(10):3007-3017. doi: 10.1002/cam4.816. Epub 2016 Sep 30.

[95] Schmitt D, Levy R, Carroll B. (2016) “Toxicological Evaluation of β-Caryophyllene Oil: Subchronic Toxicity in Rats.” Int J Toxicol. 2016 Sep;35(5):558-67. doi: 10.1177/1091581816655303. Epub 2016 Jun 29.

[96] Oliveira GLDS, Machado KC, Machado KC, da Silva APDSCL, Feitosa CM, de Castro Almeida FR. (2018) “Non-clinical toxicity of β-caryophyllene, a dietary cannabinoid: Absence of adverse effects in female Swiss mice.” Regul Toxicol Pharmacol. 2018 Feb;92:338-346. doi: 10.1016/j.yrtph.2017.12.013. Epub 2017 Dec 16.

[X] Di Giacomo S, Mazzanti G, Di Sotto A. (2016) “Mutagenicity of cigarette butt waste in the bacterial reverse mutation assay: The protective effects of β-caryophyllene and β-caryophyllene oxide.” Environ Toxicol. 2016 Nov;31(11):1319-1328. doi: 10.1002/tox.22136. Epub 2015 Mar 2.

[X] Molina-Jasso D, Alvarez-González I, Madrigal-Bujaidar E. (2009) “Clastogenicity of beta-caryophyllene in mouse.” Biol Pharm Bull. 2009 Mar;32(3):520-2.

[X] Alvarez-González I1, Madrigal-Bujaidar E, Castro-García S. (2014) “Antigenotoxic capacity of beta-caryophyllene in mouse, and evaluation of its antioxidant and GST induction activities.” J Toxicol Sci. 2014;39(6):849-59.

[X] EU – SCCS – “OPINION  on  Fragrance allergens in cosmetic products” http://ec.europa.eu/health/scientific_committees/consumer_safety/docs/sccs_o_102.pdf

[X] Nguyen LT, Myslivečková Z, Szotáková B, Špičáková A, Lněničková K, Ambrož M, Kubíček V, Krasulová K, Anzenbacher P, Skálová L. (2017) « The inhibitory effects of β-caryophyllene, β-caryophyllene oxide and α-humulene on the activities of the main drug-metabolizing enzymes in rat and human liver in vitro » Chem Biol Interact. 2017 Dec 25;278:123-128. doi: 10.1016/j.cbi.2017.10.021. Epub 2017 Oct 23.

[X] Quiñones OG, Hossy BH, Padua TA, Miguel NCO, Rosas EC, Ramos MFS, Pierre MBR. (2018)  » Copaiba oil enhances in vitro/in vivo cutaneous permeability and in vivo anti-inflammatory effect of celecoxib.” J Pharm Pharmacol. 2018 Mar 29. doi: 10.1111/jphp.12906.

Famille: Fabaceae

Sous-famille: Caesalpinioideae

Genre: Copaifera

Espèce: officinalis

Nom Commun: Copaiba

Partie de la Plante: Oléorésine (Baume de Copahu)

Chemotype: β-Caryophyllene

Origine: Amérique du Sud

Biotope: Forêt Amazonienne

β-Caryophyllene = 55 à 88%

α–Trans–Bergamotene < 7%

β-Bisabolene < 7%

Germacrene D < 7%

α-Copaene < 6 %

α-Humulene < 6%

δ-Cadinene < 4%

L’oléorésine de Copaiba est traditionnellement utilisée par certaines tribus d’amazonie dans le cadre du traitement de plaies et d’ulcère. Elle fut également utilisée au XVIIème et XIXème siècle en Europe dans le cadre du traitement de la blennorragie.

S’inspirant de ses propriétés anti-inflammatoires reconnues, l’Aromathérapie utilise traditionnellement l’huile essentielle, tirée de cette oléorésine, dans le cadre du traitement des douleurs musculaires et articulaires.

Sur base des données scientifiques reprises ci-dessus, il nous apparaît raisonnable d'envisager l'utilisation de l'huile essentielle de Copaiba dans les cas suivants:

- Régulation Métabolique

- Accompagnement des personnes ménopausées souffrant d'ostéoporose modérée

- Accompagnement des personnes atteintes d'endométriose

- Soulagement de douleurs d'origine neuro-inflammatoire

- Accompagnement des personnes souffrant d'addiction

- Administration par voie orale ou topique recommandée

- Administration par inhalation déconseillée

- Concentration maximale dans l'excipient en cas d'application cutanée = 10%

- Prise quotidienne par voie orale chez l'adulte = 200 mg durant une période maximale de 2 semaines

- Déconseillée chez la femme enceinte

- Déconseillée chez l'enfant de moins de 7 ans

- Déconseillée chez les personnes immunodéficientes

- Risque modéré d'interactions médicamenteuses

3 comments

  • Bonjour Nicolas,
    Après consultation de cette page sur le Copaiba, je voulais juste vous dire que votre travail est formidable et d’une grande qualité. Je vous encourage de tout mon coeur dans la poursuite de cette entreprise difficile. Je faisais des recherches sur la molécule Bêta-caryophyllène pour un travail à rendre suite à une formation en aromathérapie. Et bien voyez vous, après des jours et des semaines à chercher des brides d’information sur des centaines de sites, j’ai trouvé sur une seule page, l’ensemble des informations claires et précises dont j’avais besoin. De plus, je découvre avec un grand intérêt le Copaiba que je n’ai pas eu l’occasion d’étudier !!! Un grand merci.

    • Bonsoir,

      Merci pour vos encouragements. Je suis ravi d’apprendre que ce travail sur l’huile essentielle de Copaiba vous aura été utile. Cette huile essentielle est effectivement particulièrement intéressante et probablement trop peu mise en avant dans le monde de l’aromathérapie traditionnelle. N’hésitez pas à revenir vers moi si vous avez des questions.

      Bonne continuation dans votre exploration du monde de l’Aromathérapie scientifique.

      Nicolas

  • Très bon article!
    Bravo pour le travail et les détails!
    Site très interessant ! Mérite une plus grande visibilité …
    Continuez votre bon travail !!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *